Get Social With Us
Blog Révèle | Révèle témoigne dans les Echos - Entrepreneuriat et sport : le rugby féminin comme expérience du combat
Laetitia Pingel, Co-Fondatrice de Révèle témoigne de leur expérience du rugby féminin comme une expérience de vie et comme atout pour leur vie d'entrepreneures.
Révèle, Revele, entrepreneuriat, entrepreneur, sport, femmes, féminin, combat, terrain, sports de combat, rugby, handball, mma, judo
21833
post-template-default,single,single-post,postid-21833,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,vertical_menu_transparency,vertical_menu_transparency_on,select-theme-ver-3.4,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2.1,vc_responsive

Révèle témoigne dans les Echos – Le sport comme expérience du combat

L’entrepreneuriat : un sport comme les autres – Extrait : témoignage de Laetitia Pingel pour Révèle

extrait-article-echos« On prend énormément confiance en soi quand on se rend compte qu’on est capable de rentrer dans la mêlée, de dépasser la douleur », raconte Laetitia Pingel, co-fondatrice avec Clémence Fabre, de Révèle, une ligne de vêtements de sport adaptés au corps des femmes. Leurs maillots de rugby intègrent par exemple des renforcements à la poitrine. Le nom Révèle vient de l’idée que le rugby est un révélateur de personnalité.

Etudiantes à HEC, elles ont été élues présidentes du club de rugby féminin de l’école pour la saison 2012-2013. « Cette période a été fondamentale dans notre apprentissage. Elle a influencé notre volonté d’entreprendre. » Hors du terrain, elles ont appris la patience. Toutes les deux blessées, elles ont dû attendre de se rétablir pour retourner sur le terrain. « Il faut toujours avoir de l’énergie pour prendre des décisions claires. Et dans le business, il faut savoir prendre son temps. Pour notre 1ere collection, on s’est un peu précipité. Pour la deuxième, on prend plus notre temps »précise Laetitia.

« Et pour accepter un échec, sur le terrain, il faut savoir ne pas être trop susceptible, savoir accepter l’erreur et rebondir. Idem en entreprise.»

Par Julie Falcoz et Emre Sari